Ce site nécessite que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. Veuillez modifier vos paramètres ou utiliser un autre navigateur pour continuer

Vous quittez maintenant GSK pour les professionnels de la santé

Vous quittez GSK pour les professionnels de la santé pour visiter un site web distinct qui n’est pas associé au site GSK pour les Professionnels de la santé, un portail pour les professionnels de la santé canadiens. En quittant ce site, vous aurez accès à de nouvelles pages.

Continuer

Annuler

À propos du zona

Au moins 90 % des Canadiens ont eu la varicelle et sont donc exposés au zona 12*.

Le virus varicelle-zona (VZV) peut être réactivé plusieurs années après la primo-infection,
et causer
3:

  • une éruption cutanée vésiculeuse unilatérale répartie sur plusieurs dermatomes adjacents
  • des symptômes névralgiques se manifestant notamment par une douleur pulsatile intermittente ou continue, profonde ou superficielle, un endolorissement ou une sensation de brûlure spontanés, des démangeaisons intenses, une allodynie (douleur déclenchée par un stimulus normalement indolore) et une hyperalgie.
Image d’une éruption cutanée causée par le zona sur le côté du torse.
Image d’une éruption cutanée causée par le zona sur le visage.

SHINGRIX est indiqué pour la prévention du zona chez les adultes de 50 ans ou plus 4.

Contre-indications :

  • Patients qui présentent une hypersensibilité connue au principe actif ou à l’un des ingrédients entrant dans la composition du vaccin.

Mises en garde et précautions les plus importantes :

  • Administration : Ne pas administrer le vaccin par voie intravasculaire, intradermique ou sous-cutanée.

Autres mises en garde et précautions pertinentes :

  • Il se peut qu’une réponse immunitaire protectrice ne soit pas déclenchée chez tous les vaccinés.
  • N’est pas indiqué pour la prévention de la primo-infection par le virus de la varicelle ni pour le traitement du zona ou de la névralgie postzostérienne.
  • L’administration doit être différée chez les personnes atteintes d’une maladie fébrile aiguë sévère.
  • Doit être administré avec prudence aux personnes présentant une thrombopénie ou tout trouble de la coagulation.
  • La syncope peut survenir après, voire avant, la vaccination en raison d’une réaction psychogène.
  • L’utilisation chez des populations particulières, comme les femmes enceintes, les femmes qui allaitent ou les enfants (< 18 ans) n’a pas été établie.
  • Il existe peu de données chez les adultes immunodéprimés de 50 ans et plus.

Effets indésirables :

  • Les effets indésirables locaux et généraux mentionnés sur demande dans le cadre des essais cliniques qui se sont produits dans les 7 jours suivant la vaccination chez les sujets âgés de 50 à 69 ans et chez ceux de 70 ans ou plus étaient respectivement les suivants : douleur (85,6 %, 69,2 %), rougeur (38,5 %, 37,7 %), enflure au point d’injection (28,5 %, 23,0 %), myalgie (53,0 %, 35,1 %), fatigue (51,3 %, 36,6 %), céphalées (45,2 %, 29,0 %), frissons (33,1 %, 19,5 %), fièvre (25,9 %, 14,3 %) et manifestations gastro-intestinales (20,5 %, 13,5 %).
  • Les effets indésirables mentionnés spontanément dans le cadre des essais cliniques qui se sont produits dans les 30 jours suivant la vaccination chez ≥ 1 % des sujets et à une fréquence au moins 2 fois plus élevée que chez les sujets ayant reçu le placebo comprenaient les frissons (3,5 %), le prurit au point d’injection (2,2 %) et le malaise (1,7 %).

Pour de plus amples renseignements

Veuillez consulter la monographie du produit à l’adresse gsk.ca/SHINGRIX/MP pour obtenir d’importants renseignements sur la posologie et l’administration, les effets indésirables, les contre-indications et les interactions médicamenteuses qui ne sont pas abordés dans le présent document. Pour obtenir une monographie de produit ou pour signaler un effet indésirable, veuillez composer le 1-800-387-7374.

* SHINGRIX n’est pas indiqué pour la prévention de la primo-infection par le virus de la varicelle ni pour le traitement du zona ou de la névralgie postzostérienne (NPZ) 1.

Références :

  1. Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI). 2010. Déclaration sur l’utilisation recommandée du vaccin contre le virus de l’herpès zoster. Publiée par l’Agence de la santé publique du Canada. Accessible à l’adresse http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/10vol36/acs-1/index-fra.php. Consulté le 1er novembre 2016.
  2. Brisson M et al. Modelling the impact of immunization on the epidemiology of varicella zoster virus. Epidemiology and Infection. (2000) 125, 651-669.
  3. Harpaz R et al. Prevention of Herpes Zoster. Centers for Disease Control and Prevention. MMWR Early Release 2008;57;RR-5.
  4. Monographie de SHINGRIX. GlaxoSmithKline Inc., 13 octobre 2017.