Maintenant vous partez le site de GSK.

En cliquant sur ce lien, vous accédez à un site web externe qui n'est pas contrôlé par GSK. GSK n'est en aucun cas responsable du contenu de ce site.

Continuer

Retour

La BPCO – une maladie chronique des voies respiratoires

L'abréviation BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) décrit une maladie progressive associée à un rétrécissement durable des voies respiratoires. La BPCO est caractérisée par une combinaison de toux, de dyspnée et d'expectorations.

La cause de la BPCO est une inflammation chronique des voies respiratoires:

  • Les bronches se rétrécissent des suites d'un gonflement de la muqueuse, d'une augmentation de la formation de mucus et d'une contraction de la musculature des voies respiratoires.
  • Les muqueuses sont de moins en moins capables d'éliminer le mucus. Les bronches essaient de libérer les voies aériennes par la toux.
  • Les difficultés respiratoires ont pour conséquence que de moins en moins d'oxygène vital parvient dans le sang. Le cœur travaille plus fort, pour compenser le déficit en oxygène. C'est ainsi que la BPCO peut affecter aussi d'autres organes.

Que se passe-t-il lors de la respiration?

L'air inspiré par le nez parvient dans la trachée et, de là, dans les bronches qui se ramifient de plus en plus jusqu'à former ce que l'on appelle des bronchioles, lesquelles se divisent à leur tour en plus de 300 millions d'alvéoles pulmonaires. Dans les alvéoles, l’oxygène est absorbé dans le sang. Chacune des nombreuses alvéoles est entourées d’innombrables capillaires sanguins ce qui permet l’échange gazeux:

  • l'oxygène passe dans le sang
  • le dioxyde de carbone, produit de dégradation de divers processus métaboliques de l'organisme, passe dans l'air expiré

Les poumons approvisionnent en permanence le corps en oxygène. A travers le système ramifié des voies respiratoires, l'oxygène vital parvient finalement dans le sang.

Bronchite chronique obstructive et emphysème pulmonaire

En lien avec la BPCO, on cite aussi régulièrement les termes „bronchite chronique“ et „emphysème“, de sorte que ces termes doivent aussi être brièvement expliqués ici:

  • Contrairement à un bronchite aiguë (= toux du refroidissement), qui disparaît généralement au bout de 1 à 2 semaines, la toux dans la bronchite chronique persiste pendant au moins 3 mois au cours de deux années consécutives.
  • Si un rétrécissement des bronches se produit alors, on parle d'une „bronchite chronique obstructive“. Une BPCO est en fin de compte une telle bronchite chronique obstructive.

L'emphysème pulmonaire peut être la conséquence d'une BPCO: l'atteinte pulmonaire ne permet plus d'expirer suffisamment l'air et il reste trop d'air dans les poumons. En même temps, l'inspiration suivante amène encore de l'air dans les poumons car le corps a besoin d'oxygène. En résumé: on inspire plus d'air qu'on n'en expire. Il y a une hyperinflation des poumons, les alvéoles pulmonaires sont partiellement détruites, de grandes alvéoles flasques se forment et la surface respiratoire diminue. Finalement, le moindre effort cause un essoufflement.

Le tabagisme, une cause de la BPCO

La BPCO peut avoir diverses causes telles que le tabagisme, des poussières/polluants sur le lieu de travail ou des facteurs héréditaires; responsable de près de 90% des cas, le tabagisme est néanmoins de loin la cause la plus fréquente. En induisant une irritation permanente des voies aériennes, le tabagisme déclenche une réaction inflammatoire qui se développe en BPCO chez les personnes sensibles. L'illustration ci-dessous présente la fonction pulmonaire en fonction de l'âge chez des non fumeurs et chez des fumeurs sensibles qui ont cessé de fumer à divers points dans le temps.

Adapté d'après Fletcher und Petro, BMJ 1977 1

 

Même chez le sujet sain (ligne supérieure), la fonction pulmonaire diminue quelque peu dans la vieillesse – cela est tout à fait normal. A la différence des sujets sains, la fonction pulmonaire diminue toutefois dramatiquement plus vite chez les fumeurs sensibles – d'autant plus vite que l'on a fumé plus longtemps. Lorsque l'on arrête de fumer, on ne récupère certes plus la fonction pulmonaire perdue mais la diminution subséquente de la fonction pulmonaire redevient similaire à celle d'un sujet sain.

Il n'est pas trop tard pour arrêter de fumer - le plus tôt est le mieux!

Liens utils

Ligue pulmonaire Suisse

CODP-Assessment Test

En cas de troubles respiratoires persistants, de toux ou d'expectorations, il faut consulter un médecin, de même qu'en cas d'aggravation des troubles d'une BPCO connue.

Références:

  1. Fletcher C, Peto R. The natural history of chronic airflow obstruction. Br Med J. 1977; 1(6077): 1645–1648