Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

LES ACTUALITÉS DU CALENDRIER VACCINAL 2020 1,2

L’année 2018 avait été marquée par l’extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, Hæmophilus influenzæ b, hépatite B, pneumocoque, méningocoque C, ROR (rougeole, rubéole, oreillons). 

Outre l'introduction de nouveaux vaccins et l'arrêt de commercialisation d'autres: le calendrier 2020 apporte les nouveautés et précisions suivantes :

11 vaccinations pratiquées

Conformément aux recommandations de la HAS du 17 juillet 2019, la vaccination de tous les garçons âgés de 11 à 14 ans révolus contre les infections par les papillomavirus humains est désormais inscrite dans la stratégie vaccinale. Cette recommandation sera applicable au 1er janvier 2021.

Le nouveau calendrier vaccinal prévoit également un rattrapage possible chez les adolescents et les jeunes hommes de 15 à 19 ans révolus, soulignant néanmoins que la vaccination est d'autant plus efficace que les jeunes garçons n'ont pas encore été exposés au risque d'infection par le HPV. 

À compter de la saison 2020, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière à Mayotte sera calquée sur celle de l'hémisphère Nord et utilisera les mêmes vaccins.

Cette évolution tient compte de l'épidémiologie particulière observée depuis plusieurs années dans ce département français d'Outre-mer.
Ce schéma est déjà applicable en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane. 
En revanche, à la Réunion, la campagne vaccinale de l'hémisphère Sud est maintenue, avec un début en avril. 

Pour Mayotte, il est recommandé de débuter la campagne de vaccination de manière précoce, idéalement en septembre (alors que la campagne commence début octobre en métropole), dès la mise à disposition des vaccins antigrippaux.

Liste des personnes pour lesquelles la vaccination contre l’hépatite B est recommandée
Définition des termes utilisés pour les cibles vaccinales

Depuis le 1er mars 2020, la vaccination contre la fièvre typhoïde n'est plus exigée pour les personnes exerçant dans un laboratoire de biologie médicale.

La HAS rappelle que les contre-indications médicales définitives à la vaccination sont extrêmement rares chez les nourrissons. Elles peuvent différer selon le vaccin et sont mentionnées sur la notice.

Les principales d'entre-elles sont :

  • une allergie grave connue à l'un des composants du vaccin ;
  • une réaction allergique grave lors d'une précédente injection du vaccin ;
  • une immunodépression congénitale ou acquise, pour les vaccins vivants atténués comme le ROR.

L'existence d'une maladie fébrile ou d'une infection aiguë modérée à sévère ne contre-indique pas la vaccination mais peut conduire à la différer de quelques jours. La présence d'une infection mineure et/ou d'une fièvre de faible intensité ne doit pas entraîner le report de la vaccination.

Les schémas de vaccination autour d’un cas d’infection invasive

En situation de pénurie (rupture d'approvisionnement durable), les stratégies vaccinales sont adaptées pour :

  • les vaccins combinés contenant la valence coqueluche,
  • les vaccins contre l'hépatite A,
  • les vaccins contre l'hépatite  B,
  • le vaccin non conjugué contre le pneumocoque
  • le vaccin BCG.

Pour des ruptures très transitoires, il est préférable de reporter temporairement la vaccination si la situation le permet.

Références

  1. Ministère des Solidarités et de la Santé. Calendrier des vaccinations 2020. Disponible sur : http://solidarites-sante.gouv.fr
  2. Vidal. Calendrier des vaccinations : les recommandations pour 2020 sont publiées Disponible sur : www.vidal.fr (consulté le 20/04/2020)