Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

ENCÉPHALITE À TIQUES

Méningo-encéphalite à tiques

La méningo-encéphalite à tiques est une zoonose saisonnière transmissible à l’homme par morsure de tiques infectées. Affection aiguë endémique en Europe centrale et septentrionale et en Asie septentrionale, elle représente un réel problème de santé publique du fait de sa fréquence et de sa gravité : létalité, séquelles neurologiques.1

  • Épidémiologie
    • De 5000 à 13000 cas d’encéphalite à tiques sont rapportés chaque année dans le monde.
    • En France, la situation est mal connue. Quelques cas sont diagnostiqués par an, essentiellement en Alsace, ou contractés à l’étranger, en rapport avec les activités de loisir, dans les zones boisées humides (campeurs, randonneurs, ramasseurs de champignons, chasseurs …).
  • Transmission
    • La transmission du virus est effectuée essentiellement par les tiques, à l’occasion d’un repas sanguin.
    • Ovins et caprins excrètent le virus dans le lait, d’où le risque de contamination par l’ingestion de lait cru d’animal infecté (mode de transmission secondaire).
    • Le repas de la tique sur sa proie dure plusieurs heures pendant lesquelles la tique reste accrochée ; la transmission du virus ne se produit qu’après un certain délai. Ceci permet de réduire la quantité de virus infectante en extrayant la tique dès que l’on constate sa présence.
  • Symptômes
    • L’encéphalite à tiques est une encéphalite ou une méningo-encéphalite aiguë directement liée à la multiplication du virus dans le cerveau. L’incubation dure une à deux semaines. Le début est brutal, marqué par de la fièvre, des céphalées, des frissons.
    • Après une courte période de rémission, apparaissent des signes d’atteinte méningée et neuropsychique : obnubilation, prostration ou au contraire agitation, délire, troubles du tonus, signes cérébelleux.
    • La létalité est élevée (25 à 40 %) dans la forme orientale de la maladie. Le pronostic est moins grave pour la forme Européenne : 1 à 20 % de létalité.
  • Traitement

    Il n’existe aucun médicament antiviral spécifique contre cette maladie. Le traitement vise uniquement à soulager les symptômes.
    La convalescence de la maladie est longue, des séquelles neurologiques ou psychiatriques pouvant persister après la guérison.

  • Prévention
    • La vaccination est recommandée pour les voyageurs séjournant en zone rurale ou forestière d’endémie en Europe centrale, orientale et septentrionale, du printemps à l’automne.
    • La vaccination doit toujours être complétée par des mesures individuelles de protection contre les piqûres de tiques :
      • éviter les zones où les tiques sont abondantes du printemps à l’automne,
      • se couvrir si on doit pénétrer dans ces zones,
      • utiliser des produits répulsifs sur la peau et des insecticides sur les vêtements,
      • s’examiner soigneusement en rentrant du travail ou de promenade et extraire les tiques fixées sur la peau à l'aide d'un tire-tique, puis désinfecter le site de la morsure.
  • Les encéphalites à tiques européennes sont provoquées par deux Flavivirus très voisins transmis par des tiques du genre Ixodes : Ixodes ricinus en Europe et Ixodes persulcatus en Asie.

Répartition mondiale de l’encéphalite à tiques 5

Répartition mondiale de l’encéphalite à tique

Adapté du BEH, recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2018

Répartition des cas confirmés d’encéphalite à tiques en Europe 6

Répartition des cas confirmés d’encéphalite à tiques par pays pour 100 000 habitants, Union européenne/ Espace économique européen, 2016  

Répartition mondiale de l’encéphalite à tique

Adapté du BEH, recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2019

Source : Rapports en provenance de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Belgique, de la Bulgarie, de la Croatie, de l’Espagne, de l’Estonie, de la Finlande, de la France, de la Grèce, de la Hongrie, de l’Irlande, de l’Italie, de la Lettonie, de la Lituanie, du Luxembourg, de la Norvège, des Pays-Bas, de la Pologne, de la République tchèque, de la Roumanie, du Royaume-Uni, de la Slovaquie, de la Slovénie, et de la Suède.

EN SAVOIR PLUS

  • « Préparer son voyage », site internet de l’Institut Pasteur www.pasteur.fr/

Références

  1. Santé publique France. Guide des vaccinations 2012. www.santepubliquefrance.fr (consulté le 15.07.2019).
  2. Vaccination info service. Encéphalite à tiques. www.vaccination-info-service.fr (consulté le 01.08.2019).
  3. Ministère de de l'agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales. Encéphalite à tiques. www.agriculture.gouv.fr (consulté le 01.08.2019).
  4. Institut Pasteur de Lille. Encéphalite à tiques. www.pasteur-lille.fr (consulté le 01.08.2019).
  5. BEH hors-série. Recommandations sanitaires pour les voyageurs 2018. www.hcsp.fr (consulté le 01.08.2019).
  6. BEH hors-série. Recommandations sanitaires pour les voyageurs 2019. www.santepubliquefrance.fr (consulté le 15.07.2019).