Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

ENCÉPHALITE JAPONAISE

Encéphalite japonaise

L’encéphalite japonaise (EJ) est une arbovirose du Sud-Est asiatique et de l’Extrême-Orient, qui s’étend actuellement vers l’ensemble du sous-continent indien. C’est la principale cause d’encéphalite virale en Asie 1.

  • Epidémiologie
    • Près de 68 000 cas cliniques d’encéphalite japonaise chaque année dans le monde, parmi lesquels 15 000 à 20 000 décès.
  • Transmission
    • L’encéphalite japonaise est transmise à l’homme par les piqûres de moustiques infectés du genre Culex (principalement Culex tritaeniorhynchus). Une fois infecté, l’être humain ne développe pas une virémie suffisante pour pouvoir contaminer les moustiques prenant leur repas de sang.
    • Le cycle de transmission du virus se déroule entre les moustiques, les porcs et/ou les oiseaux aquatiques qui constituent le réservoir amplificateur du virus de l'encéphalite japonaise. On trouve principalement cette maladie en milieu rural et périurbain, là où l’homme vit à proximité des hôtes vertébrés.
    • Dans la plupart des régions tempérées d’Asie, le virus de l’encéphalite japonaise se transmet surtout au cours de la saison chaude. En zone tropicale et subtropicale, la transmission peut intervenir toute l’année, mais s’intensifie souvent pendant la saison des pluies.
  • Symptômes
    • L’encéphalite japonaise est une maladie infectieuse grave, à tropisme neurologique. Elle est caractérisée par l'apparition brutale de la triade fièvre élevée-céphalées-conscience altérée. L’incubation est de quatre à quatorze jours (sept en moyenne).
    • Les formes asymptomatiques sont fréquentes : il se produit en moyenne 1 cas symptomatique pour 250 infections qui se manifeste par l‘apparition brutale d’une forte fièvre, des céphalées, une raideur de la nuque, une désorientation, des convulsions, un coma, une paralysie spastique et la mort.
    • Le taux de mortalité est élevé, pouvant atteindre 30 % des cas symptomatiques et 30 à 50% de ceux qui survivent gardent des séquelles neurologiques ou psychiatriques définitives.
  • Traitement
    • Il n’existe aucun médicament antiviral efficace contre la maladie. Les traitements visent uniquement à soulager les symptômes du malade lorsqu’ils sont présents et à stabiliser son état.
  • Le risque de transmission de l’encéphalite japonaise existe dans 24 pays des régions de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental, comptant plus de 3 milliards d’habitants.

Répartition mondiale de l’encéphalite japonaise 1

Répartition mondiale de l’encéphalite japonaise

EN SAVOIR PLUS

  • « Préparer son voyage », site internet de l’Institut Pasteur www.pasteur.fr/

Références

  1. Santé publique France. Guide des vaccinations 2012. http://inpes.santepubliquefrance.fr (consulté le 15.05.2018)
  2. Vaccination info service. Encéphalite japonaise. http://vaccination-info-service.fr (consulté le 15.05.2018)
  3. Organisation mondiale de la Santé. Encéphalite japonaise. http://www.who.int (consulté le 15.05.2018)