Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

PRESCRIRE UN TRAITEMENT DE SECOURS POUR AGIR EN CAS DE CRISE

Reconnaître une exacerbation 1

Les exacerbations peuvent survenir même chez un patient avec un asthme léger bien contrôlé. Elles sont définies par :

Patiente en crise
  • Un recours inopiné aux soins
  • Des symptômes de brève durée nécessitant des prises répétées de bronchodilatateurs de courte durée d'action sans efficacité
  • Une durée des symptômes sur un à deux jours
  • Une absence de retour spontané à l’état de base
  • La nécessité d'un changement de traitement (cure courte de corticostéroïdes par voie générale)

Il est important de bien éduquer vos patients asthmatiques sur la conduite à tenir en cas de crise ainsi que sur la nécessité de prendre un rendez-vous de suivi après toute exacerbation de l’asthme.

Les 2 questions à se poser au décours d’une exacerbation chez un patient :

Traitement adapté ?

Le traitement de fond anti-inflammatoire est-il adapté ?

  • S’interroger sur la posologie, l’observance, la technique d’inhalation
Facteur déclencheur extérieur ?

Retrouve-t-on un facteur déclenchant extérieur ?

  • Contexte d’infection virale des voies aériennes ? 
  • Exposition allergénique ?
  • Pollution ?

Traiter la crise 2

Le traitement des exacerbations légères à modérées repose sur l’inhalation de bronchodilatateurs β2-mimétiques de courte durée d’action (BCDA).

En cas de crise :

En cas de crise
Zoom sur la crise

QUE FAIRE SI LA CRISE PERDURE ? 1,2

La corticothérapie systémique

 

La corticothérapie systémique 2

Les corticoïdes oraux doivent être utilisés le plus rapidement possible. La dose recommandée est de 1 mg/kg/j sans dépasser 50 mg/j de prednisone/prednisolone et poursuivis pendant 5 à 7 jours.

 

L'oxygénothérapie 2

Le recours à l'oxygénothérapie est formel dans toute crise sévère, lors du transport et dès admission hospitalière.

L'oxygénothérapie est recommandée pour maintenir une SpO2 supérieure à 92%. Une SpO2 < 90 % est un critère de gravité qui nécessite un transfert médicalisé en secteur d'urgences hospitalières. 

La BCDA par voie injectable
L’oxygenotherapie


Les BCDA nébulisés, voire injectés 1

En cas d'aggravation ou de non amélioration après une heure, un transfert médicalisé s'impose, ainsi qu'une majoration des thérapeutiques. Un traitement bronchodilatateur par nébulisation de BCDA et ipratropium à forte dose devra être instauré. En cas d'inefficacité, un recours à la voie injectable des BCDA sera possible. 

Références

  1. Collège des Enseignants de Pneumologie. Item 184 : Hypersensibilité et Allergies respiratoires chez l'enfant et chez l'adulte. Asthme, rhinite. 2017.
  2. Société de pneumologie de langue française (SPLF). Recommandations pour la prise en charge et le suivi des patients asthmatiques adultes et adolescents (2015).