Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

DES SYMPTÔMES IMPACTANT LA QUALITÉ DE VIE 1,3

Le lupus érythémateux systémique a un impact important sur la qualité de vie des patients (QoL) 1

La douleur est un des facteurs prédominants ayant un impact sur la QoL 1

La fatigue concerne jusqu'à 90 % des patients souffrant de LES et a été décrite comme le facteur le plus handicapant de la maladie. 2

Dans l’étude franco-allemande FATILUP, la fatigue était fortement associée à la dépression et l’anxiété, et plus modérément à l’activité de la maladie 2

Les patients avec une activité de la maladie élevée, une fonction physique diminuée, et un niveau d’étude bas sont plus à risque de développer une dépression 3

IMPACT DE L’ÉVOLUTION DE LA MALADIE 4

Le LES est une maladie chronique, dont l’évolution est faite d’une alternance de poussées/rémissions 4

Les poussées de la maladie s’accompagnent généralement d’une majoration importante du processus inflammatoire pouvant toucher un ou plusieurs organes et responsable de manifestations « aiguës ». 4

Les poussées sont ensuite généralement suivies de périodes d’amélioration ou de rémission, obtenues parfois spontanément mais le plus souvent après la mise en route de traitements spécifiques non dénués d’effets secondaires (corticoïdes et/ou immunosuppresseurs). 4

Sur certains organes, même une fois le processus inflammatoire (i. e. la poussée) maîtrisé, il peut persister des symptômes liés à des lésions tissulaires irréversibles ou séquelles, reflet de la sévérité de la maladie. 4

Au cours de l’évolution de cette maladie, que ce soit au moment des poussées (du fait de la maladie ou des traitements) ou lors des périodes de rémission (du fait des séquelles), les patients peuvent voir leur qualité de vie altérée. 4

LA FRÉQUENCE DES POUSSÉES CHEZ LA FEMME ENCEINTE 5,6

Le risque d’avortement spontané, de mort fœtale, d’accouchement prématuré et de pré-éclampsie est augmenté chez les malades lupiques. 5

Le risque de poussée du lupus est augmenté pendant la grossesse et en post-partum, surtout si la grossesse survient alors que le lupus n’est pas contrôlé. 5

Il est établi aujourd’hui que le risque de poussée pendant la grossesse est lié à l’activité de la maladie au moment de la conception. 6

Dans l’étude récente PROMISSE, parmi les patientes ayant une maladie faiblement à modérément active durant le 1er trimestre de grossesse, moins de 10 % ont eu des poussées faibles à modérées, et seulement 3 % ont eu des poussées sévères durant la grossesse. 6

Références :

  1. Lai JS, et al. An evaluation of health-related quality of life in patients with systemic lupus erythematosus using PROMIS and Neuro-QoL. Clin Rheumatol. 2017 Mar;36(3):555-62.
  2. Arnaud L, et al. Predictors of fatigue and severe fatigue in a large international cohort of patients with systemic lupus erythematosus and a systematic review of the literature. Rheumatology (Oxford). 2019 Jun 1;58(6):987-96..
  3. Knight AM, et al. Depression Risk in Young Adults with Childhood- and Adult-Onset Lupus: 12 Years of Follow-up. Arthritis Care Res (Hoboken). 2018 Mar;70(3):475-80.
  4. Seror R, et al. Évaluation thérapeutique dans le lupus érythémateux systémique. In : Le lupus érythémateux. Chapitre 21. P209-221. Éditions Elsevier Masson 2012.
  5. CEDEF. Chapitre 12. Item 190 – UE 7. Lupus érythémateux disséminé. Syndrome des anti-phospholipides. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie Juin 2015;142(S2):167-73.
  6. Fischer-Betz R, et al. Pregnancy in systemic lupus erythematosus and antiphospholipid syndrome. Best Pract Res Clin Rheumatol. 2017 Jun;31(3):397-414.