Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

UNE MALADIE SYSTÉMIQUE QUI TOUCHE DE NOMBREUX ORGANES 1,2 

Le lupus peut affecter de nombreux organes et tissus
  • Les signes cliniques sont 1,2 :
    - multiples : éruptions cutanées, arthrite, photosensibilité, troubles neurologiques, anémie…,
    - variables d’un sujet à un autre,
    - et changent au cours de l’évolution de la maladie
  • Le lupus peut être associé à diverses manifestations neurologiques et psychiatriques (méningite aseptique, troubles cognitifs, convulsions, psychose…) regroupées sous le nom de neurolupus 1
  • Des atteintes rénales se développent chez environ 40 % des patients au cours de leur maladie ; elles peuvent évoluer vers une insuffisance rénale chronique 3

UN RISQUE D’ATTEINTE D’ORGANES À CONSIDÉRER DÈS LE DIAGNOSTIC 4,5

Le lupus est une maladie chronique dont l’évolution est faite de poussées et de rémissions.
Cependant malgré l’activité de la maladie semblant sous contrôle, le risque d’atteinte d’organes demeure présent.
4,5

5 années après le diagnostic du lupus, 1 patient traité sur 2 peut déjà présenter des atteintes d’organes irréversible

* Mesuré par le SLICC/SDI (Systemic Lupus International Collaborating Clinics /American College of Rheumatology Damage Index (SDI))

Méthodologie de l’étude Urowitz MB, et al 2012 : 5

Analyse datant de 2009, d'une cohorte de 298 patients avec lupus nouvellement diagnostiqué suivis pendant 5 ans minimum par le Réseau international de Recherche Clinique sur le Lupus Systémique (the Systemic Lupus International Collaborating Clinics International Research Network) regroupant 27 centres répartis sur 11 pays. L’année 0 représentait la date de l’inclusion. L’âge médian à l’inclusion était de 35,3 ans : 87 % des patients étaient des femmes dont 55 % d’origine caucasienne, 12 % africaine / afro-américaine, 14 % asiatique, 16 % hispanique et 2 % autre.

CIRCONSTANCES CLINIQUES ÉVOCATRICES 1

Le manque de spécificité des symptômes du lupus complique le diagnostic 1

Dans 1 cas/2

La maladie est révélée par des manifestations rhumatologiques qui persistent généralement tout au long de son évolution 1

Articulations

Les articulations les plus fréquemment touchées sont celles des mains, des coudes, des genoux et des chevilles 1

Manifestations dermatologiques

Des manifestations dermatologiques sont également présentes dans 80 % des cas, avec en particulier une éruption cutanée sur le visage, parfois assortie d’un œdème 1

Une fièvre modérée

Une fièvre modérée mais prolongée, une fatigue persistante, une sécheresse oculaire consécutive à une inflammation des tissus de l’œil ou une atteinte rénale peuvent aussi être observées 1

FRÉQUENCE DES MANIFESTATIONS LUPIQUES 3

Fréquence des manifestations lupiques initialement et au cours du suivi de 1000 patients (d’après Cervera R, Medicine 1993, adapté du PNDS 2017) 3

Fréquence des manifestations lupiques
Zoom sur

UNE FORTE PRÉVALENCE DE L’ÉPILEPSIE CHEZ LES PATIENTS LUPIQUES 2,3,6

Patiente épileptique

Le lupus érythémateux systémique (LES) s’accompagne de symptômes neurologiques ou psychiatriques chez plus d'un quart des malades au cours du suivi 3

L’épilepsie fait partie des critères de définition du LES et des 6 critères SLICC concernant les manifestations neurologiques centrales et périphériques 2,6

Dans une étude de cohorte récente, sur les 312 patients atteints de LES ayant répondu à un questionnaire, la prévalence de l'épilepsie était de 11,5 %. Une majorité de patients présentaient une épilepsie focale 6

Dans cette même étude, l’épilepsie était associée à une maladie cérébrovasculaire concomitante, à un syndrome anti-phospholipide ou une psychose 6

SLICC : Systemic Lupus International Collaborating Clinics

Références :

  1. Buxeraud J. Le lupus érythémateux systémique. Actualités pharmaceutiques Novembre 2016;560:45-7.
  2. Aringer M, et al. 2019 European League Against Rheumatism/ American College of Rheumatology classification criteria for systemic lupus erythematosus. Ann Rheum Dis 2019;78:1151–1159.
  3. Protocole National de Diagnostic et de Soins (PNDS). Lupus Systémique. Janvier 2017 (mise à jour février 2020).
  4. Seror R, et al. Evaluation thérapeutique dans le lupus érythémateux systémique. In : Le lupus érythémateux. Chapitre 21. Editions Elsevier Masson 2012. P209-221.
  5. Urowitz MB, et al. Evolution of disease burden over five years in a multicenter inception systemic lupus erythematosus cohort. Arthritis Care Res (Hoboken). 2012;64(1):132-137.
  6. Hopia L, et al. Epilepsy in systemic lupus erythematosus: prevalence and risk factors. European Journal of Neurology. 2019;0:1-11.