Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

BPCO ET POLLUTION AMBIANTE : AUGMENTATION DES EXACERBATIONS D’ÉTIOLOGIE VIRALE

Les études épidémiologiques montrent une forte association entre la pollution de l’air et les exacerbations de la BPCO. Cependant, la relation entre la pollution ambiante et l’étiologie de l’exacerbation n’a pas été étudiée. L’équipe de Pfeffer a évalué les caractéristiques des exacerbations liées à cette pollution et déterminer si l’association était spécifique d’exacerbations d’étiologie infectieuse (virale ou bactérienne) ou non.

BPCO et pollution

Une cohorte de 440 patients BPCO a permis d’analyser 4 173 exacerbations sur une période de 20 ans. Une augmentation des oxydes d’azote (NOx) dans l’air ambiant était constamment associée à une augmentation des exacerbations « virales », dans les 2-4 jours suivant (p = 0,010). Le délai de rétablissement de ces exacerbations était significativement prolongé. Ces résultats étaient similaires dans le sous ensemble des 2 841 exacerbations traitées avec des corticostéroïdes oraux ou des antibiotiques, avec un délai de rétablissement de 1,29 (p = 0,001) fois plus long pour les exacerbations « virales ». Des niveaux élevés de NOx ambiants sont associés à des exacerbations prolongées, d’origine virale probable, confirmant les effets toxicologiques de la pollution atmosphérique qui augmentent la susceptibilité à l’infection et sa gravité.

Code article : PN 412

Références

  1. Pfeffer PE, et al. Increased Chronic Obstructive Pulmonary Disease Exacerbations of Likely Viral Etiology Follow Elevated Ambient Nitrogen Oxides. Am J Respir Crit Care Med. 2019 Mar 1;199(5):581-591. doi:10.1164/rccm. 201712-2506OC.