Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

BPCO précoce

BPCO PRÉCOCE : COMMENT AMÉLIORER SA DÉTECTION ?

Bien qu’elle soit une cause majeure de morbidité et de mortalité, la BPCO reste sous-diagnostiquée. Malgré le fardeau de cette maladie chez les patients non diagnostiqués, un dépistage de routine par spirométrie n’est pas recommandé pour le moment.

Des outils se développent pour identifier les cas parmi les patients vus en médecine générale. Cependant, il ne suffit pas de détecter les non diagnostiqués, car il y a de plus en plus de preuves que certains patients souffrent de troubles respiratoires de type BPCO alors qu’ils n’ont pas d’obstruction des voies respiratoires. Il est donc important de mieux définir ce qu’est une BPCO précoce. Une définition récemment proposée caractérise la BPCO précoce comme : 1) une limitation du débit d’air, 2) des anomalies tomodensitométriques compatibles avec une BPCO ou 3) une diminution accélérée du volume expiratoire maximal par seconde, chez une personne de moins de 50 ans, ayant déjà fumé plus de 10 paquets années. Bien que cette définition ne s’applique pas à tous les individus qui développeront une BPCO, il s’agit d’une tentative d’identification des individus ayant le déclin le plus rapide, et chez lesquels les interventions pour modifier l’évolution de la maladie ont le plus de chances de réussir.

Code article : PN 409

Références

  1. Labaki WW, Han MK. Improving Detection of Early Chronic Obstructive Pulmonary Disease. Ann Am Thorac Soc. 2018 Dec;15 (Supplement 4):S243-S248.