Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

BPCO ET REHABILITATION PULMONAIRE : COMMENT AMELIORER L’OBSERVANCE DES PATIENTS ? 

Les programmes de réhabilitation pulmonaire ont de nombreux effets positifs sur les symptômes et sur la qualité de vie des patients. Mais bien qu’ils soient conseillés par les recommandations internationales, la participation à ces programmes est très faible. 1 Les études de Sahin 1 et de Lahham 2 ont, respectivement, exploré les raisons d’un taux important d’arrêt, avant la fin 1 et la possibilité de réaliser la réhabilitation pulmonaire à domicile comme alternative. 2

L’étude de Sahin 1 a inclus 359 patients. Ils ont comparé les patients ayant terminé un programme de réhabilitation pulmonaire de 8 semaines (groupe 1 ; n = 212) avec ceux n’ayant pas terminé ou pas débuté la réhabilitation ; n = 147). Dans le groupe 2, les fumeurs (p = 0,003), les patients utilisant un nébuliseur (p < 0,001), ceux recevant une oxygénothérapie à long terme (p = 0,033), les admissions à l’hôpital (p = 0,011) et la dyspnée perçue (p < 0,001) étaient plus nombreux que dans le groupe 1. Par ailleurs, les patients du groupe 2 avaient un niveau d’éducation inférieur à ceux du groupe 1 et vivaient plus souvent seuls (p < 0,001). Les facteurs expliquant la faible observance à la réhabilitation étaient le manque de motivation (49 %), les difficultés de transport (23,8 %), les exacerbations de leur BPCO (18,4 %), des raisons liées à leur travail (4,8 %) et les hospitalisations (4,1 %). Il est donc vraiment important que les professionnels de la santé adoptent une attitude positive et informent avec précision les patients de l’intérêt et de l’importance des programmes de réhabilitation pulmonaire. 1

La réhabilitation à domicile est une alternative dont il a été démontré que l’amélioration physique qu’elle apporte est équivalente à celle d’une réhabilitation pulmonaire en centre 2 de soins. Une étude qualitative 2 a analysé le point de vue de 13 patients sur la réhabilitation pulmonaire à domicile par leurs réponses à des questions ouvertes. Les principaux thèmes abordés étaient : l’impact positif sur la condition physique, la respiration et l’humeur. Les participants ont apprécié la flexibilité et la commodité du programme. Ils ont également souligné l’importance du soutien social reçu, de la part du kinésithérapeute au téléphone et de la famille et des amis. Les difficultés signalées étaient les difficultés à la démarrer, le manque de variété des exercices et l’incapacité physique. Un seul participant aurait préféré participer à une réhabilitation en centre. Par ailleurs, la réhabilitation à domicile a aidé les patients à établir une routine et à améliorer la prise en charge de leur maladie. Cette étude confirme qu’une réhabilitation pulmonaire à domicile peut être acceptée et est une alternative à celle en centre, car elle a des impacts positifs sur les conditions physiques et psychiques. 2

Code article : PN 423

Références

  1. Sahin H, Naz I. Why are COPD patients unable to complete the outpatient pulmonary rehabilitation program? Chron Respir Dis. 2018 Nov;15(4):411-418.
  2. Lahham A, et al. Home-based pulmonary rehabilitation for people with COPD: A qualitative study reporting the patient perspective. Chron Respir Dis. 2018 May;15(2):123-130.