Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

APPROCHE DIAGNOSTIQUE CHEZ L’ENFANT 1-6

  • La rhinite allergique (RA) touche 7 % des enfants âgés de 6 à 7 ans. 1
  • 40 % des cas apparaissent avant 6 ans. 2
  • 58 % des enfants et adolescents asthmatiques ont une RA. 3
  • La RA associe dans sa forme classique éternuements, rhinorrhée claire et obstruction nasale, mais le problème du clinicien est de savoir rechercher la cause allergique chez les nombreux enfants présentant des infections ORL récidivantes. 4
Enquête allergologique

Après avoir écarté le risque infectieux, l’enquête allergologique oriente le diagnostic. Elle permet d’évoquer l’origine allergique d’une rhinite : 4

  • chez tous les enfants de moins de 3 ans qui présentent des symptômes respiratoires persistants et/ou récidivants et/ou sévères et/ou nécessitant un traitement continu et/ou associés à des symptômes extra-respiratoires compatibles avec une origine allergique. 4
  • chez tout enfant asthmatique âgé de plus de trois ans. 4

L’examen ORL (endoscopie nasale) permet d’écarter toute pathologie autre dans le cadre du diagnostic différentiel. 4

Examen ORL
Prick-tests

Les prick-tests permettent en pratique de mettre en évidence une sensibilisation vis-à-vis de certains allergènes. 4

Les allergènes à tester sont adaptés à l’âge : 5

  • chez l’enfant de moins de 3 ans : pneumallergènes domestiques (acariens, chat, chien, pollens de graminées) et certains trophallergènes (lait de vache, œuf, arachide, soja, morue, noisette).
  • chez l’enfant de plus de 3 ans : pneumallergènes domestiques : acariens, chat, chien, pollens d’arbres, de graminées, d’herbacés (ambroisie, armoise, plantain) et les moisissures les plus fréquemment impliquées.

Les dosages des IgE sériques spécifiques, en complément des tests cutanés si une immunothérapie spécifique est envisagée. 6

Dosage des IgE totales sériques :

  • chez l’enfant de moins de 3 ans : ce dosage est un marqueur fiable de terrain atopique. 6
  • chez l’enfant de plus de 3 ans : il ne constitue plus un marqueur spécifique fiable puisque les patients atopiques peuvent avoir des taux d’IgE totales élevés mais un taux normal ou bas n’exclut pas l’atopie. 4,6
Dosage des IgE

Références

  1. Klossek J-M et al. Un tiers des adultes ont une rhinite allergique en France (enquête INSTANT). Presse Med. 2009 ; 38 : 1220–9
  2. Brouard J et al. La rhinite allergique de l’enfant d’âge préscolaire existe-t-elle ? Revue française d’allergologie. 2009 ; 49: 247–9
  3. Hamouda S et al. Allergic rhinitis in children with asthma: a questionnaire-based study. Clinical and Experimental Allergy. 2008 ; 38 : 761–6
  4. Braun JJ et al. Recommandations pour le diagnostic et la prise en charge de la rhinite allergique (épidémiologie et physiopathologie exclues) – Texte long. Rev Mal Respir. 2010 ; 27 : S79-S105
  5. Birnbaum et al. Recommandations de la SPLF sur Asthme et Allergie. Conférence d’experts – Texte court. Rev Mal Respir. 2007 ; 24 : 221-32
  6. HAS. Indications du dosage des IgE spécifiques dans le diagnostic et le suivi des maladies allergiques. 2005. www.has-sante.fr (consulté le 23/03/2018)