Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

FACTEURS DE RISQUE

  

  • Des facteurs environnementaux et une prédisposition génétique [1,2]

    Le développement d’une rhinite allergique dépend d’une interaction multifactorielle et complexe entre facteurs génétiques (terrain atopique) et l’exposition à des pneumallergènes dans un environnement intérieur (perannuels) mais aussi extérieur (saisonniers). Quelques exemples :

    Allergènes perannuels
    Allergènes saisonniers

    Différents facteurs interagissent et augmentent la prévalence et la sévérité des RA, tels que le tabagisme passif, la pollution atmosphérique, la modification de l’environnement intérieur et du style de vie, les allergènes nouveaux (nouveaux animaux de compagnie [NAC] et les réactions croisées pneumallergènes et trophallergènes…).

  • Rhinite allergique et saisonnalité [4]

    Divers pollens se succèdent tout au long de l’année, de janvier à octobre. Leur ordre d’apparition est assez proche d’une année sur l’autre, c’est pourquoi des calendriers ont été établis, tenant compte des pollens les plus allergisants. www.pollens.fr/

    Les 3 saisons polliniques
    De janvier à mai
    • De janvier à mai : La pollinisation des arbres et arbustes
      Les pollens d’arbres qui ont le plus fort pouvoir allergisant sont : le cyprès et le bouleau, très présents dans les parcs, jardins des villes.

    • De mai à juillet : La pollinisation des graminées
      Les graminées regroupent plus de 12000 espèces. On distingue les graminées dites « fourragères » : dactyle, fléole, flouve, ivraie, pâturin ; des graminées céréalières : avoine, blé, maïs, orge, seigle…

    De mai à juillet
    De juillet à octobre
    • De juillet à octobre : La pollinisation des herbacées
      Elle peut démarrer au printemps jusqu’à l’automne, l’ambroisie est la plus connue pour son pouvoir allergisant.

  • L’influence du réchauffement climatique [5]

    Réchauffement climatique
    • Le changement climatique à tendance à modifier les saisons polliniques. Ainsi, la date de début de pollinisation de nombreuses espèces végétales tend à devenir plus précoce, ce qui a pour conséquence d’allonger la durée de la pollinisation en moyenne d’une quinzaine de jours.
    • Des études ont aussi montré que l’élévation des températures rend le pollen plus allergisant. Ainsi, par exemple, il a été́ observé que la quantité d’allergènes dans le pollen de bouleau et d’ambroisie augmentait avec la température.
    • À noter que la pollution de l’air agit probablement en synergie avec les températures sur les pollens et les symptômes d’allergie.
Zoom sur l’hypothèse hygiéniste

L’HYPOTHÈSE HYGIÉNISTE 3

L’hypothèse hygiéniste

De nombreux spécialistes s’appuient sur l’hypothèse hygiéniste pour traduire l’évolution des allergies. En effet, il a été démontré que la fréquence des maladies allergiques était moins importante chez les enfants qui vivent dans des familles nombreuses et développent davantage d'infections. Un nouveau-né soumis à un environnement infectieux serait donc mieux protégé des maladies allergiques.

Selon le même schéma, certaines études ont démontré :

  • un rôle protecteur du mode de vie « rural » (incluant des conditions particulières comme la proximité d’animaux ou un niveau d’hygiène inférieur) ;
  • un risque accru lié à une trop grande médicalisation dès le plus jeune âge (comme peut-être une utilisation précoce d’antibiotiques).

Références

  1. Casset A, Braun JJ. Relation entre allergènes de l’environnement intérieur, sensibilisation et symptômes de rhinite et asthme allergiques. Revue des Maladies Respiratoires. 2010 ; 27 : 913-20
  2. Calvo L, Rivière F. La rhinite allergique de l’adulte. Médecine et armées. 2012 ; 40 : 363-71
  3. 9ème journée française de l’allergie. Dossier de presse. 17 mars 2015
  4. Comité Français d'Observation des Allergies. Calendriers Polliniques. 2013 www.pharmacie-decaroli.com (consulté le 23/03/2018)
  5. ANSES. État des connaissances sur l’impact sanitaire lié à l’exposition de la population générale aux pollens présents dans l’air ambiant. 2014 www.anses.fr/fr (consulté le 23/03/2018)