Ce site requiert l’activation de JavaScript pour fonctionner correctement. Pour continuer, veuillez ajuster vos paramètres ou utiliser un navigateur différent.

Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

TRAITEMENT DE LA RHINITE ALLERGIQUE

  • Recommandations SPLF 2010

    Les principales recommandations françaises de prise en charge thérapeutique de la rhinite allergique 1

    Algorithme de prise en charge RA
  • Recommandations ARIA 2016

    Une mise à jour avec de nouvelles recommandations concernant les traitements pharmacologiques de la rhinite allergique 2

    Recommandations ARIA 2016
    • Critères pris en compte pour les niveaux de preuve : risque de biais, précision, risque de biais de publication, cohérence des estimations des effets, relations dose-effet, évaluation des effets résiduels de confusion.
    • 4 niveaux de preuve : fort, intermédiaire, faible, très faible
  • Recommandations MACVIA 2016

    Recommandations MACVIA 2016

    Des recommandations de prise en charge du patient atteint de rhinite allergique reposant sur un système d’aide à la décision clinique CDSS (Clinical Decision Support System) et basé sur les recommandations ARIA 3

    Principales recommandations :

    Chiffre 1

    Les antihistaminiques H1 oraux ou nasaux sont moins efficaces que les corticostéroïdes nasaux pour contrôler tous les symptômes de la rhinite

    Chiffre 2

    Les antileucotriènes sont généralement considérés comme moins efficaces que les antihistaminiques H1 oraux

    Chiffre 3

    Les comparaisons entre les antihistaminiques H1 oraux et nasaux diffèrent selon les recommandations, donc aucune conclusion définitive n’a été prononcée

    Chiffre 3

    La combinaison de propionate de fluticasone et de chlorhydrate d’azélastine dans un seul spray nasal est plus efficace qu’une monothérapie et est indiquée lorsque la monothérapie seule (antihistaminique H1 nasal ou glucocorticoïde) est inefficace

    Chiffre 5

    Les antihistaminiques nasaux et les corticostéroïdes nasaux sont efficaces sur les symptômes oculaires, de façon équivalente. Cependant, la combinaison d’azelastine et de propionate de fluticasone est plus efficace que le propionate de fluticasone seul

    Chiffre 6

    Dans la plupart des études, la combinaison d’antihistaminiques oraux ou d’antileucotriènes avec des corticoïdes nasaux n’est en général pas plus efficace que la monothérapie avec les corticostéroïdes nasaux

    Chiffre 7

    Les antihistaminiques H1 intra-oculaires ou les chromones sont efficaces sur les symptômes oculaires. L’importance des décongestionnants est discutable. Cependant, l’efficacité du traitement varie d’un patient à l’autre

    Chiffre 8

    En pratique clinique, les corticostéroïdes nasaux ne sont pleinement efficaces qu’après quelques jours, alors que les antihistaminiques H1 nasaux ou la combinaison de fluticasone intranasal et d’azélastine sont efficaces rapidement

    Chiffre 9

    À la dose usuelle, tous les médicaments sont considérés comme sûrs (sans risques). Les antihistaminiques H1 oraux de 1ère génération ont des effets sédatifs et devraient être évité

    Chiffre 10

    Les corticoïdes oraux ou nébulisés peuvent être efficaces chez les patients dont les symptômes ne sont pas contrôlés par les autres traitements, bien que les études manquent pour la rhinite allergique

    Chiffre 11

    D’autres études sont nécessaires chez les enfants en âge pré-scolaire pour définir des recommandations les plus fortes possibles, bien que des études récentes montrent l’efficacité des antihistaminiques H1 oraux

    MACVIA : Contre les maladies chroniques pour un vieillissement actif

    Agenda d’allergie MACVIA-ARIA

LA SURVEILLANCE DES POLLENS 56

Recommandations HCSP 2016

RECOMMANDATIONS HCSP 2016
Haut Conseil de la Santé Publique

Dans son avis publié le 4 mai 2016, le HCSP rappelle les saisons et régions concernées par la présence des quatre pollens suivants en France : l’ambroisie, les graminées, le bouleau et le cyprès.

Ces espèces ont été sélectionnées sur les critères suivants :

  • abondance de ces espèces en France,
  • potentiel allergisant très élevé de leurs pollens,
  • part très importante de ces quatre pollens dans les allergies polliniques observées en France.

3 SITES RÉFÉRENTS

Pour obtenir des informations sur les plantes allergisantes, les émissions de pollens, les périodes et les régions concernées :
Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA)
L’association pollinariums sentinelles de France (APSF)
L’association agréée de surveillance de la qualité de l’air dans votre région

Calendrier pollinique habituel pour les pollens d’ambroisie, de graminées, de bouleau et de cyprès (indications très variables selon l’année et les régions)

Calendrier pollinique

Légende (Source : RNSA 4) : Vert : Risque allergique faible. Jaune : Risque allergique moyen. Rouge : Risque allergique fort. Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) - 2016


EN SAVOIR PLUS

Pour avoir les informations en temps réel et prévisions :

Références

  1. Braun JJ et al. Recommandations pour le diagnostic et la prise en charge de la rhinite allergique (épidémiologie et physiopathologie exclues) – Texte long. Rev Mal Respir. 2010 ; 27 : S79-S105
  2. Brozek et al. Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma (ARIA) guidelines – 2016 revision. J Allergy Clin Immunol. 2017 ; 140 : 950-8
  3. Bousquet J et al. MACVIA Clinical Decision Algorithm in Allergic Rhinitis in adolescents and adults. Journal of Allergy and Clinical Immunology. 2016
  4. RNSA. Agenda d’allergie MACVIA-ARIA. http://www.pollens.fr/les-evenements/les-evenements.php (consulté le 15/10/2018)
  5. Ministère des Solidarités et de la Santé. Pollens : recommandations sanitaires. http://solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 15/10/2018)
  6. Haut Conseil de la santé publique. Avis relatif à l’information et aux recommandations à diffuser en vue de prévenir les risques sanitaires liés aux pollens allergisants. 28 avril 2016. http://solidarites-sante.gouv.fr (consulté le 15/10/2018)