Ce site nécessite que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. Veuillez modifier vos paramètres ou utiliser un autre navigateur pour continuer

Vous quittez maintenant GSK pour les professionnels de la santé

Vous quittez GSK pour les professionnels de la santé pour visiter un site web distinct qui n’est pas associé au site GSK pour les Professionnels de la santé, un portail pour les professionnels de la santé canadiens. En quittant ce site, vous aurez accès à de nouvelles pages.

Continuer

Annuler

Aller à Fermer Haut

Conséquences potentielles de la méningococcie invasive

  • La bactérie Neisseria meningitidis (méningocoque) peut causer la méningococcie invasive, une infection rare mais potentiellement grave qui peut mener à une méningite et/ou à une septicémie 1.
  • Chez les personnes sensibles, les symptômes de méningococcie invasive se déclarent en général de 2 à 10 jours après l’exposition à la bactérie méningococcique 1.
  • Puisque ses signes et symptômes ne sont pas spécifiques, la méningococcie invasive est parfois difficile à reconnaître 2.
  • Même lorsqu’un traitement antimicrobien approprié est instauré, jusqu’à 1 patient sur 10 décède, généralement dans les 24 à 48 heures suivant l’apparition des symptômes 13.
  • Parmi les suivants, jusqu’à 1 patient sur 3 conserve des séquelles durables, notamment une perte d’audition, diverses atteintes neurologiques et l’amputation de doigts ou de membres 1.

BEXSERO n’est pas indiqué pour traiter la méningite à méningocoques (y compris la méningite, la septicémie et le décès), ni pour en réduire les conséquences après l’apparition de la méningococcie invasive.

On ne s’attend pas à ce que BEXSERO confère une protection contre toutes les souches de MenB en circulation. Le pouvoir de protection de BEXSERO contre la méningococcie invasive due à d’autres sérogroupes n’a pas été étudié. Par conséquent, on ne peut pas présumer que BEXSERO offre une protection contre d’autres sérogroupes. Comme tous les vaccins, BEXSERO pourrait ne pas protéger toutes les personnes qui le reçoivent.

Références :

  1. Agence de la santé publique du Canada. Guide canadien d’immunisation, Partie 4. Vaccin contre le méningocoque, 15 mai 2015. Accessible à l’adresse https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/vie-saine/guide-canadien-immunisation-partie-4-agents-immunisation-active/page-13-vaccin-contre-meningocoque.html. Consulté le 19 septembre 2018.
  2. Centres for Disease Control and Prevention. Diagnosis, treatment, and complications. Accessible à l’adresse https://www.cdc.gov/meningococcal/about/diagnosis-treatment.html. Consulté le 19 septembre 2018.
  3. Organisation mondiale de la Santé. Aide-mémoire : Méningite à méningocoques. Accessible à l’adresse http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs141/fr/. Consulté le 19 septembre 2018.

Cette page s’adresse aux professionnels de la santé uniquement. Si vous n’êtes pas un professionnel de la santé, veuillez visiter Bexsero.ca.