Vous êtes sur le point de quitter le site gskpro.com

Ce lien vous redirige vers un site externe au portail GSK Pro France. Veuillez vous référer aux conditions d’utilisation de ce site pour plus d’informations.

Poursuivre

Retour

En quoi l’asthme sévère est différent des formes modérées ?

Homme avec un masque à oxygène

Facteurs de risque, exacerbations, comorbidités, physiologie… L’asthme sévère se différencie des formes plus modérées et constitue un vrai handicap pour les patients au quotidien.1

Des facteurs de risque supplémentaires

La plupart des facteurs de risque de l’asthme sont aussi des facteurs de risque de l’asthme sévère.

Tableaux des facteurs de risque

Une augmentation du risque d’exacerbations

Les exacerbations peuvent être mortelles, même chez les personnes souffrant d’asthme léger. Elles sont plus fréquentes et plus graves chez les patients dont l’asthme n’est pas maîtrisé, et chez certains patients à risque élevé.5

Les patients atteints d’asthme sévère ont en moyenne 5 fois plus d'exacerbations que les patients asthmatiques légers à modérés :6

Graphique illustrant des exacerbations plus fréquentes chez les asthmatiques sévères

Des comorbidités fréquemment rencontrées

Les comorbidités interfèrent avec le contrôle de l’asthme et peuvent contribuer aux symptômes respiratoires, aux exacerbations et à la mauvaise qualité de vie. 7

La présence de comorbidités est fréquente dans l’asthme sévère. 4 Sont inclus :7

  • Rhinosinusite chronique, polypose nasale
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Apnée obstructive du sommeil
  • Dysfonction des cordes vocales
  • Obésité
  • Anxiété et dépression, « terrain psychologique »
  • Syndrome d’hyperventilation
  • Bronchopneumopathie chronique obstructive
  • Bronchectasie
  • Maladie cardiaque
  • Cyphose due à l’ostéoporose
  • Dermatite atopique

Un remodelage des parois des voies respiratoires plus important

Chez les patients atteints d’asthme sévère, l’épithélium des voies respiratoires est plus épais que chez les patients atteints de formes légères ou modérées.4

Dans les études sur la fonction respiratoire, une corrélation entre l’épaisseur de la paroi des voies respiratoires et le VEMS suggère que le remodelage contribue à l’obstruction des voies respiratoires dans l’asthme sévère.3

L’obstruction chronique des voies respiratoires peut conduire à leur obturation ou à une ventilation irrégulière des petites voies, associées aux exacerbations sévères.4

Références

  1. Livre blanc Asthme et inégalités. 33 propositions pour une meilleure prise en charge de l’asthme et de l’asthme sévère. splf.fr (consulté le 07/04/2021).
  2. INSERM. Asthme. www.inserm.fr (consulté le 02/03/2021).
  3. Jarjour NN, et al. Lessons Learned from the National Heart, Lung, and Blood Institute Severe Asthma Research Program. Am J Respir Crit Care Med 2012;185(4):356-62.
  4. Chung KF, et al. International ERS/ATS guidelines on definition, evaluation and treatment of severe asthme. Eur Respir J. 2014;43:343-73.
  5. Global Initiative for Asthma (GINA). Guide de poche pour la prise en charge et la prévention de l’asthme. Mis à jour en 2020.
  6. Kupczyk M et al. Frequent exacerbators - a distinct phenotype of severe asthma. Clin Exp Allergy. 2014 Feb;44(2):212-21.
  7. Global Initiative for Asthma (GINA). Asthme difficile à traiter et asthme sévère chez les patients adolescents et adultes. 2019.

NP-FR-ASU-WCNT-210004 V1 - Juin 2021 © 2021 Groupe GSK ou ses concédants.